3 tagged articles Calme

Tout était bleu, là-bas. 16/11/2017




"Le vrai bonheur est dans le calme de l'esprit et du coeur"
 
J'avais envie de m'évader, juste toi et moi, pour que l'on puisse se retrouver. Alors nous avions pris le premier avion vers cette ville inconnue au bataillon. Tout était bleu, là-bas. Tant le ciel de la nuit, portant sur ses épaules une cape bleu indigo, que la mer calme et paisible aux reflets saphirs. Et puis aussi tes yeux, tes beaux yeux bleus. Tout était tellement brillant, je n'avais jamais vu des couleurs aussi vibrantes que celles-ci. Toi, moi, la mer et le bruit du vide total. Tout était tellement calme et plein de magie... J'aurais voulu que cet instant précis ne se termine jamais. Au loin, dans l'eau, nous pouvions observer des membres de statues, dépassant vaguement le niveau de la mer. Ces statues devaient être immenses et imposantes, pour qu'on puisse toujours les voir même après que l'eau ait recouvert la terre. Belles et somptueuses, je les trouvais même intimidantes. A leurs symboles, je pouvais reconnaître quelques dieux romains qui avaient fait forte impression dans ma mémoire. J'étais avec toi, à contempler cet horizon de beauté. J'avais l'impression que les étoiles étaient descendues sur Terre pour agrémenter ce paysage plein de magie, faisant scintiller le paysage. Nous étions sur cette petite barque, quelque peu semblable à une gondole. Tu sais à quel point je me sens sereine quand je suis au milieu de l'eau. J'avais l'impression d'avoir entraperçu le portail du paradis, à cet endroit précis et je sentais que rien au monde ne pouvait être plus doux et parfait en même temps. Le mouvement des vagues continuait de me bercer, lentement, jusqu'à ce que je me réveille, avec une envie folle de liberté.

Tags : Shamely - Rêve - Texte - Calme - Eau - Bleu

Écoutant les murmures de l'eau. 25/10/2017


“Nager dans le bonheur, c'est faire des brasses dans sa propre piscine.”
 
Mes poumons brûlent, ma tête tourne, mes muscles sont douloureux, mon corps est comme en feu. Je compte, 3 temps, puis respirer, recommencer. Je suis en colère... en colère contre le monde, contre toi, contre le monde, mais surtout, en colère contre moi... Je compte, 34, combien faut-il encore que j'en fasse ? Je continue, encore et encore, je me surmène pour oublier cette rancoeur qui anime mon coeur.
 
Il fût un temps où je ne faisais qu'un avec l'eau. Il fût un temps où nager était mon remède contre tous les maux. J'enchaînais les longueurs, je me propulsais avec aisance et grâce. Je pouvais nager encore et encore sans jamais être fatiguée. Mais ça, c'était avant. Je bouillonne, de m'être laissée aller. Je bouillonne de ne plus exceller.
 
Dans l'eau, je suis dans mon élément. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé y être plongée. Je me souviens de ces entraînements, où je me détendais en donnant le meilleur de moi-même. J'entrais dans ce liquide chloré, et toutes mes pensées me quittaient. La sérénité qui s'emparaient de moi lorsque je nageais sur le dos, écoutant les murmures de l'eau, mon extase devant les ronds que dessinaient ma brasse à la surface, ce sentiment de fougue dans mon crawl et cette sensation d'être une sirène lors de mon papillon.
 
J'aimerais pouvoir arrêter d'être en colère et pouvoir encore m'émerveiller des sentiments qui m'emparaient quelques années auparavant.

Tags : Shamely - Colère - Calme - Nager - Eau - Texte

Apaisée. 15/08/2017


Tout semble propre et neuf, après le passage de la pluie.
Comme si elle avait purifié le monde de ses pêchés.
 
Apaisée... voilà comment je me sens, quand j'entends le bruit de la pluie sur la fenêtre. J'ai créé un petit cocon, dans mon salon, une petite bulle où rien ne peut entrer, un oasis de tranquillité. Installée dans mon canapé, une couverture sur les pieds, je lis, imperturbable. Pas un bruit dans la maison, seulement ce plic et ce ploc qui tapotent les carreaux. Je me sens bien, je me sens en paix. Comme si le monde avait cessé de tourner, comme si j'étais seule sur Terre, profitant des sons de l'univers.
 
Je sais que ce moment de plénitude ne durera pas, que bientôt quelqu'un fera irruption, brisant au passage mes connexions avec cette atmosphère légère. Alors je profite, j'apprécie ce moment rare et apaisant. Je me ressource en me vidant l'esprit complètement. Je ne suis ni heureuse, ni malheureuse, c'est le seul instant où je peux enfin cesser de ressentir. Je ne suis rien, je suis un avec le monde... et cela me va.

Tags : Shamely - Apaisée - Pluie - Livre - Calme